La côte du haut-de-gamme

  • Marché local – 16 Mai 2012 – Sud Ouest Immo

« Les biens immobiliers de luxe, au-dessus d’un million d’euros, résistent plutôt bien à la crise. En revanche, la clientèle a changé et l’attrait du littoral reprend le dessus sur la campagne. »

Sur sa page d’accueil Internet, l’agence Koté Palais de Biarritz résume en quelques lignes le marché haut de gamme au Pays basque : « Vous recherchez un bien immobilier d’exception sur la Côte basque, une villa californienne sur le golf de Chiberta, une grande maison basque face aux montagnes, une vue sur la mer exceptionnelle, un bel appartement au cœur de Biarritz, un loft atypique, une ferme rénovée aux portes de Saint-Jean-de-Luz… »

Malgré la crise, ce marché se porte plutôt bien. « Les ventes sont sans doute un peu plus lentes aujourd’hui, mais c’est surtout lié aux incertitudes sur les présidentielles, constate Patricia Biondi de l’agence Biarritz Sotheby’s. Le haut de gamme est constitué de micromarchés relativement déconnectés de la situation économique. En 2009, en pleine tourmente immobilière, notre chiffre d’affaires n’a d’ailleurs baissé que de 11 %. »

Nouvelle clientèle

« Globalement, les prix se sont un peu tassés, poursuit Benoît Verdet de l’agence Émile Garcin Côte basque, mais ce n’est pas très significatif. En fait, plus vous montez en gamme, moins vous sentez les aléas de la crise. » À Miramar, un appartement d’exception avec vue sur mer continue ainsi de se vendre au-delà de 10 000 €/m². L’an passé, des appartements neufs construits au Port vieux à Biarritz sont même partis à 15 000 €/m². Les professionnels assistent plutôt à un recentrage de la demande. Longtemps prisées par les grosses fortunes, Arbonne ou Arcangues sont par exemple moins à la mode aujourd’hui. « Nous voyons arriver de nouveaux acteurs sur le marché, de plus en plus de jeunes Français, expatriés ou entrepreneurs à l’étranger, à la recherche d’un pied-à-terre au Pays basque. C’est une nouvelle clientèle qui préfère la ville et la mer à la campagne. »

Des maisons de famille

Pour ces jeunes millionnaires, Chiberta à Anglet, le front de mer à Biarritz, le village de Guéthary et le quartier Sainte-Barbe à Saint-Jean-de-Luz constituent des lieux de prédilection.

Les professionnels du secteur se montrent sereins quant à l’avenir. En 2011, Benoît Verdet a effectué près de 25 transactions supérieures à 1 million d’euros, et Patricia Biondi une quinzaine. Pour la responsable de Biarritz Sotheby’s, si le marché haut de gamme se porte bien en général en France, la Côte basque dispose d’atouts particuliers : « Le Pays basque est plus authentique que d’autres régions. Il y a moins de turn-over qu’ailleurs. On ne s’installe pas chez nous sur un coup de tête. On ne vient pas pour être vu mais plutôt pour acheter une future maison de famille. C’est du long terme. »

Bruno Fay