Immobilier de prestige : un 2ème trimestre à deux vitesses

  • Marché National : 18 Juillet 2012 – Le Nouvel Observateur

« Sothebys’s International Realty France-Monaco dévoile un deuxième trimestre 2012 contrasté où le haut de gamme se maintient tandis que le moyen de gamme souffre. »

Au second trimestre 2012, le volume des ventes de Sotheby’s International Realty France Monaco, spécialisé dans l’immobilier de prestige, a progressé de + 23 % par rapport au second trimestre 2011. Le nombre de transactions a baissé par rapport au premier trimestre 2012 mais elles se sont concrétisées sur des biens avec des prix en moyenne de + 36 %, portant le montant des ventes à plus de 170 millions d’euros. Soit un prix moyen de 1,7 millions d’euros. Les quatre ventes les plus importantes de l’agence sont : le Palais Maeterlinck sur la Côte d’Azur pour 48 millions d’euros, un appartement à Paris, à Saint-Germain-des-Prés, pour 9 millions d’euros, un château en Bourgogne pour 7,9 millions d’euros et une villa à Marseille pour 5 millions d’euros. Ce sont des transactions de cet ordre qui ont sauvé le marché de l’immobilier de prestige de l’attentisme ambiant.

« Pendant le mois d’avril nous avons observé un quasi-arrêt du marché immobilier de prestige en attendant les résultats définitifs des élections. Le mois de mai a été encore marqué par les inquiétudes des acheteurs par rapport aux initiatives annoncées par le nouveau gouvernement. Depuis le mois de juin, nous voyons un retour à la normal progressif du marché », analyse Alexander Kraft, PDG de Sotheby’s International Realty France-Monaco.

Effrayées par les perspectives d’une imposition à 75 %, d’une fiscalité plus contraignante sur les doits de successions ou encore d’une imposition harmonisée des revenus du capital et du travail, beaucoup de familles françaises fortunées ont décidé de vendre pour s’expatrier. Leurs biens, très importants, sont rachetés par des investisseurs étrangers. La classe moyenne supérieure, elle, est en train de reporter ses projets d’achat pour des résidences secondaires. « Le marché milieu de gamme pour les biens entre 2 et 5 millions connaît un attentisme total en ce moment (…) Le marché pour les biens de prestige entrée de gamme, entre 500 millions et 2 millions d’euros, fonctionne assez bien. Les acheteurs sont principalement des Français qui changent de résidence principale et veulent bénéficier des taux d’intérêt bas et d’ajustement de prix de vente en cours », déclare Alexander Kraft. Les négociations sont de plus en plus importantes : les prix sont en train de baisser entre – 15 % et – 20 %. « Cette tendance va prendre de l’ampleur après la rentrée. Même les biens d’exception doivent afficher impérativement des prix réalistes qui reflètent la nouvelle réalité politique et économique. Cette tendance n’est pas seulement visible en France, mais également sur d’autres marchés internationaux traditionnellement très stables comme Londres ou New-York où les prix sont à la baisse depuis plusieurs mois », prévoit le président directeur général de Sotheby’s International France-Monaco.

Raphaëlle de Tappie